ENTREPRISES: FAUT-IL VRAIMENT DES RESPONSABLES MARQUE EMPLOYEUR ?

ENTREPRISES: FAUT-IL VRAIMENT DES RESPONSABLES MARQUE EMPLOYEUR ?

En guise de cadeaux d’anniversaire pour les 20 ans du concept de marque employeur que j‘ai créé et déposé en 1998, on voit fleurir un peu partout des Responsables de Marque Employeur.

On pourrait s’en réjouir si ces créations de postes portaient une véritable ambition sur le sujet en lui donnant enfin les moyens d’être reconnu comme le pilier corporate de l’entreprise. Mais la réalité est tout autre : Il y a le feu coté recrutement ; la pénurie de candidats, l’explosion des abandons de postes, les nouveaux rapports au travail qui privilégient de plus en plus l’individualisme et le nomadisme salarial (…) font que les entreprises « sont prises à la gorge » et ne savent que faire pour attirer et fidéliser !

La recette miracle ? A l’instar des directeurs du bonheur pour pallier le désengagement, il faut créer des responsables marques employeur pour être un employeur séduisant. Le profil du mouton à cinq pattes ? Jeune, souvent débutant ou première expérience. Ses moyens ? Le système D. Son influence stratégique et son libre accès aux dirigeants ? Néant. Avec tout le respect pour ses Talents qui s’engagent souvent à fond sur le sujet et déchantent au bout d’un an, conscients de n’être que des assistants chefs de pub, il faut bien admettre que nous assistons à une gadgetisation pathétique de la notion même de marque employeur.

Au moment où la Loi Pacte, avec la notion de « raison d’être » qu’elle porte, offre une opportunité inédite pour faire de la marque employeur un véritable chantier du Sens en entreprise, les réflexes historiques de la pénurie de candidats ressurgissent : « il faut se vendre », « il faut se montrer », « il faut être attractif » … Mais pour dire quoi de différenciant ? Face à la transformation des règles sociétales, à une quête de sens assumée et revendiquée, à une cohabitation générationnelle délicate, à des usages numériques qui font usage de liens sociaux, à un rejet du monde du travail tel qu’on le connait depuis 50 ans (…) que dit l’entreprise ? Elle est respectueuse de toutes et de tous, elle offre un cadre de vie cohérent avec sa politique de QVT (Qualité de vie aux travail), elle est flexible sur les horaires et bien évidemment le tout dans une ambiance géniale !

Retrouvez l’intégralité de l’article sur EconomieMatin.fr :  ici